Lâcher prise pour être heureux - Compétence Bonheur

Lâcher prise pour être heureux

Dans l’article sur la puissance de la joie, j’explique que pour retrouver la joie de vivre, il faut savoir lâcher prise.
Pour être heureux, lâcher prise !

À force de vouloir contrôler tout ce qui nous entoure, nous gaspillons notre énergie et nous perdons notre sérénité.
Soyons réalistes : on ne peut pas tout contrôler! Il y aura toujours des imprévus, des contre-temps, des gens qui disent ou font des choses qui nous déplaisent. Et c’est ce qui rend la vie palpitante et surprenante !

Ressasser ses problèmes ne les règle pas. Soit on trouve une solution soit on lâche prise.

C’est quoi le lâcher prise ?

C’est renoncer au contrôle et à la lutte et accepter la vie telle qu’elle est.
Cette attitude permet de retrouver l’amour et la sérénité qui sont les clés de la porte du bonheur.
Pour cela, il faut accepter les choses telles qu’elles sont. En fait, c’est même en acceptant une situation que nous pourrons la changer ensuite.

Lâcher prise, c’est reconnaître le besoin de contrôle et le lâcher.  Nous aimons avoir le contrôle dans notre vie personnelle, dans notre vie professionnelle, sur les autres et même sur nos émotions. Et nous aimerions aussi avoir le contrôle sur des événements qui sont justement hors de notre contrôle.
Lorsqu’on réalise et comprend qu’on ne peut ni changer les événements ni les autres, on entre dans le lâcher prise. On se donne alors une vraie chance de vivre moins de stress.

Pour cela, il faut faire la distinction entre ce qu’on peut contrôler, ce qu’on peut influencer et ce qu’on ne peut ni contrôler ni influencer.
La question à se poser est sur quoi veux-je / dois-je lâcher prise ?

Lâcher prise ce n’est pas :

– Se désengager mais laisser faire les choses sur lesquelles on n’a pas de contrôle ;
– Être indifférent mais admettre qu’on ne peut pas agir à la place de quelqu’un d’autre ;
– Couper les liens mais prendre conscience qu’on ne peut pas contrôler l’autre ;
– Juger, blâmer ou vouloir changer l’autre mais lui accorder le droit d’être humain ;
– Être passif mais tirer une leçon des conséquences d’un événement ;
– Assister mais encourager.

Lâcher prise c’est :

– Accepter ce que l’on ne peut pas changer ;
– Accepter de ne pas tout comprendre maintenant ou peut-être jamais ;
– Choisir de consacrer son temps à donner le meilleur de soi-même ;
– Vivre et grandir dans le présent pour l’avenir ;
– Prendre chaque jour comme il vient et l’apprécier ;
– Craindre moins et aimer davantage.

En résumé, lâcher prise c’est lâcher le besoin de contrôle.
Les émotions négatives comme le ressentiment, la colère, la jalousie et le stress viennent souvent du besoin de contrôler à tout prix sa vie, les événements et les autres.

Par exemple, tu as un rendez-vous important et tu es retardé par un embouteillage dû à un accident. Tu commences à stresser. Rien ne sert de t’énerver. Tu ne peux rien faire d’autre que d’attendre que la dépanneuse arrive et que la circulation reprenne. Lâche prise.

Pourquoi lâcher prise ?

Pour garder son énergie pour les choses importantes au lieu de la gaspiller pour des choses qu’on ne peut pas changer en ruminant et en stressant.

Lâcher prise permet également de faire le deuil du passé en acceptant ses erreurs et en tirant des leçons. Cela supprime les remords, les regrets et les récriminations.

De plus, lâcher prise aide à gérer (voire à supprimer) plus facilement les émotions négatives telles que la peur, la colère, la jalousie et l’angoisse et le stress.

Enfin, lâcher prise fait en sorte d’être mieux dans notre tête et dans notre corps, en limitant les maladies psychosomatiques liées à des émotions perturbatrices.

Difficile de lâcher prise ?

Est-ce difficile de laisser aller son besoin de contrôle ?
Oui, tant qu’on a peur de manquer de quelque chose, de se laisser dominer par les autres, de se tromper ou d’être inadéquat. Bref, tant qu’on ressent de l’insécurité.

Pour lâcher prise, il faut avoir confiance en soi et dans la vie.
Cela nécessite d’accepter le moment présent, ses limites et les autres tels qu’ils sont.
Même si cela ne correspond pas à nos désirs ou nos attentes.
Parce que c’est comme ça et qu’on n’y peut rien.

Rien ne sert de s’acharner sur ce qui aurait dû être ou ce qui devrait être. Cela ne fait que générer de la colère, du stress et du ressentiment et cela peut mener à la dépression.

Comment lâcher prise ?

1- Accepter de lâcher prise :
Cela peut paraître évident mais nombreux sont ceux qui malgré tout ne veulent rien lâcher et continuent de croire qu’ils peuvent tout contrôler.
Il faut accepter que tout ne dépend pas de nous, c’est ainsi.
Loin d’être un signe de faiblesse, le lâcher prise est au contraire la reconnaissance de ses propres limites et permet d’éviter le surmenage et le stress qui vient presque toujours de situations sur lesquelles on n’a pas de contrôle.

2- Prendre conscience :
– de ses émotions: en les exprimant avec des mots soit à quelqu’un soit par écrit dans un journal,
– et de l’absurdité du désir de contrôle sur ce qu’on ne peut ni influencer ni changer,
– enfin, de la perte d’énergie due à la tentative de contrôle et à ses conséquences : frustration, colère, dépit, perfectionnisme et acharnement.
La vie est bien plus facile quand on lâche prise en prenant conscience qu’on n’a pas le contrôle sur tout et en laissant faire certaines choses même si elles ne se déroulent pas comme on aurait voulu.
S’il n’y a pas « mort d’homme » où est le problème ?

3- Avoir confiance :
– en soi : on a tous les atouts pour réagir adéquatement face à l’imprévu,
– dans les autres : il suffit d’être patient et tolérant, les autres ne veulent pas forcément nous nuire, en fait la plupart veulent même notre bien.

4 – Réfléchir :
Sur quoi veux-je lâcher prise ? Pourquoi ?
Penser sans arrêt à une situation préoccupante n’améliore pas les choses. Réfléchir au bien-fondé de nos peurs et angoisses en se posant les questions suivantes:
– Cela est-il vraiment urgent ou important ?
– Que se passera-t-il si je ne fais pas ceci maintenant ou si je ne le fais pas du tout ?
– Pourquoi ne prendrai-je pas un peu de temps avant d’agir ou de répondre ?
– Cette situation vaut-elle la peine que je me mette dans un tel état ?

5- Être dans le moment présent :
Nous sommes ici et maintenant, toujours. Hier est fini et demain est une variable inconnue. Le passé et le futur n’existent que dans notre esprit.
Nos pensées, elles, existent dans le moment présent.

Rien ne sert de refaire le monde avec des « si », « j’aurai dû » et « quand j’aurai ».
Nous ne pouvons changer ni les événements ni les autres. Par contre, nous pouvons changer notre façon de les percevoir en lâchant prise.

Nous pouvons nous recentrer sur le présent et mettre fin aux ruminations mentales.
Apprendre à vivre dans le moment présent permet d’arrêter de penser au passé et aux regrets ou de se projeter trop dans l’avenir et les rêves à réaliser.

Les outils pour apprendre à lâcher prise :

Pour lâcher prise, il faut se re-connecter au présent, pour prendre du recul et chasser les pensées négatives récurrentes et les ruminations.

Voici toutes les pratiques efficaces pour lâcher prise et apprendre à vivre dans le moment présent et à relativiser les faits.
Elles permettent toutes de re-trouver la sérénité et la paix de l’esprit.

Tu peux choisir la pratique que tu préfères pour commencer. Pour plus d’efficacité, je te recommande d’en utiliser le plus possible.

la respiration profonde : 5 minutes de cohérence cardiaque suffisent pour se recentrer sur le moment présent, se calmer et chasser les pensées négatives (appli RespiRelax). À faire idéalement 3 fois par jour, matin, midi et soir.

la méditation : le meilleur outil pour apprendre à vivre dans le moment présent. Certaines méditations guidées sont accès sur le lâcher prise (appli Petit Bambou).

la visualisation : se visualiser libéré de notre problème dans un paysage grandiose.
Il existe également des visualisations guidées très utiles pour lâcher prise.
https://www.youtube.com/watch?v=ugtW759ZcIY

la relaxation : prendre soin de soi tous les jours en occupant son mental à autre chose que ce qui nous préoccupe. Cuisiner, jouer avec ses amis, faire de l’exercice physique, colorier des mandalas, faire du yoga, écouter de la musique, écrire… tu as le choix !

En conclusion 

Lâcher prise veut dire ré-agir différemment.
C’est accepter ce qu’on ne peut pas contrôler, pour se libérer du passé et de la souffrance.
En acceptant ce que l’on ne peut pas changer, on garde son énergie pour les choses importantes sur lesquelles on peut avoir un impact et un certain contrôle.

Ça nous arrive à tous pendant une conversation de chercher un nom. On l’a sur le bout de la langue… on s’acharne souvent pour le retrouver. Plus on le cherche et moins on le trouve. Or, on sait tous que quand on décide d’arrêter de chercher (= on lâche prise), ça finit par revenir tout seul. Soudainement, on se rappelle, sans effort parce qu’on a lâché prise.

Penser de façon obsessionnelle à un problème est inefficace parce que cela ne règle pas le problème et qu’on crée de la résistance en y pensant constamment. Au contraire, quand on arrête de penser à ce problème, qu’on s’en détache en lâchant prise, ça permet à notre cerveau de trouver des solutions efficaces et créatives.
C’est pas mal plus facile ainsi, non ?

Leave a Reply 1 comment