Comprendre la puissance de la joie - Compétence Bonheur

La puissance de la joie

la puissance la joie

La puissance de la joie

Existe-t-il une expérience plus désirable que celle de la joie ?
C’est la première phrase du livre du philosophe Frédéric Lenoir, La puissance de la joie (Fayard 2015).

Je me promène tous les jours dans le parc au bord de la rivière qui est à deux pas de chez moi (je sais, je suis chanceuse !). Dernièrement, j’ai remarqué que la plupart des promeneurs que je croisais avaient l’air taciturne et baissaient les yeux avant de s’écarter quand ils arrivaient près de moi.
Est-ce que le confinement et la crise de la covid-19 affectent la joie que l’on peut ressentir à se promener dans une nature magnifique?

Alors, je me suis lancée un petit défi : regarder les promeneurs droit dans les yeux, leur sourire et leur lancer un bonjour joyeux.
Sais-tu ce qui arrive ?
Ils me regardent, me sourient à leur tour et répondent à mon salut. Et moi, je continue mon chemin, remplie de joie !
C’est ça la puissance de la joie !
Une joie qui donne de l’énergie, qui donne confiance et qui remplit de bonne humeur pour le reste de la journée ! Essaye, tu verras 😉

Alors, cela m’a amenée à réfléchir plus profondément sur la joie. Qu’est-ce que la joie comparativement au plaisir et au bonheur ? Peut-on être heureux sans joie ? Peut-on provoquer la joie ? Comment retrouver la joie quand les temps sont difficiles ?
Au fond, comment être joyeux malgré les circonstances et les aléas de la vie ?

C’est quoi la joie ?

Selon le dictionnaire Larousse, la joie est « un sentiment de plaisir, de bonheur intense, caractérisé par sa plénitude et sa durée limitée, et éprouvé par quelqu’un dont une aspiration, un désir est satisfait ou en voie de l’être ».

Je préfère la définition des psychiatres François Lelord et Christophe André (la Force des émotions, Odile Jacob poches) : « une expérience à la fois mentale et physique intense, en réaction à un événement, et de durée limitée ».

La joie est donc une émotion agréable ressentie au moment où un désir ou une de nos aspirations est satisfait, que ce soit de manière réelle ou imaginaire. Et oui, on ressent de la joie en imaginant un premier rendez-vous ou la réussite à un examen autant qu’en vivant ces événements !
En d’autres termes, la joie est une sorte de plaisir intense qui répond à un stimulus extérieur.

Rien ne nous rend plus vivants que l’expérience de la joie. Quand nous sommes joyeux, nous débordons d’énergie, nous sautons, nous dansons, nous chantons !

La joie est à ce point merveilleuse qu’elle est communicative : nous avons besoin de la partager, même avec des inconnus !

Sans joie, l’être humain est plongé dans une grande détresse morale qui le conduit à la dépression. On ne peut donc pas être heureux sans joie. Je confirme !

Joie / plaisir / bonheur

Quelles différences et similarités ? Souvent confondus, la joie n’est pas synonyme de bonheur ni de plaisir.

Le bonheur est un état de satisfaction durable qui déclenche la sécrétion de sérotonine. (va lire mon article sur le bonheur ici). La joie se distingue du bonheur par son caractère éphémère. D’autre part, les hormones déclenchées par la joie sont la dopamine et l’ocytocine (« l’hormone sociale »). Ce qui explique pourquoi on est excité et sociable quand on est joyeux !

De même, la joie est différente du plaisir qui est une sensation agréable, recherchée et de courte durée. Le plaisir a pour résultat la production de dopamine. Le plaisir est une expérience de satisfaction immédiate et de courte durée d’un besoin ou d’un désir. Éphémère, il ne dure pas. Je mange du chocolat, j’ai du plaisir mais il s’arrête quand j’ai fini la tablette. Le plaisir est toujours lié à une stimulation extérieure. Sans plaisir-s, la vie est une interminable succession de corvées. Le plaisir peut également être gâché quand il est insatisfait : j’éprouve du plaisir à commander mon plat préféré au restaurant mais il n’est pas à la hauteur de mes attentes, je suis déçue…

La joie et le plaisir sont deux émotions distinctes. La joie est plus profonde que le plaisir. Elle est momentanée, imprévue et incontrôlable. Le plaisir est une émotion provoquée par un élément extérieur. Il est immédiat et fugace.
Le bonheur n’est pas une émotion mais un état qui provient de plusieurs émotions indicatrices de satisfaction. Il n’est pas lié à une cause extérieure mais le fruit des graines que l’on a semées en soi.

Comment sait-on que l’on ressent de la joie ?

La joie est une expérience à la fois mentale et physique intense.
Quand on ressent de la joie, la vie est belle et rose ! On est positif et on aborde la vie avec confiance et enthousiasme. Ça donne envie de partager, chanter, danser, aimer et embrasser tout le monde ! Bref, c’est l’euphorie!

La joie est tellement merveilleuse que nous cherchons sans cesse à la ressentir. Alors, peut-on provoquer la joie, la cultiver, l’entretenir ?

La joie… de vivre 

Rappelons-nous que la joie est une émotion agréable éphémère ressentie au moment où un désir est satisfait. Par son caractère imprévisible et incontrôlable, la joie ne peut pas être provoquée.
Cependant, bien que nous ne puissions provoquer la joie, nous pouvons cultiver la joie de vivre et la ressentir à chaque instant.

La joie de vivre, c’est « la joie d’être vivant. C’est la flamme intérieure qui donne l’élan, le dynamisme et le goût d’agir » (La joie de vivre, Réjean Déziel et Carole Champoux, Le Dauphin Blanc, 2017).

En fait, la joie de vivre désigne un sentiment subjectif et personnel qui exprime le bonheur que ressent une personne à être en vie. C’est de l’entrain, de la bonne humeur, de la gaieté, au quotidien. C’est une joie qui nous habite à l’intérieur et qu’aucun contretemps, aucune déception ne peuvent assombrir.

La joie de vivre repose essentiellement sur une attitude positive et une confiance en la vie et l’être humain. La joie de vivre résulte en une aptitude à appréhender la vie d’une manière positive et ouverte. En d’autres termes, c’est la capacité à accepter ce sur quoi nous n’avons pas de contrôle et à lâcher prise. Mais aussi, c’est avoir le contrôle sur nos émotions et ne pas subir. Et enfin, c’est considérer la vie comme un jeu, une succession d’expériences et d’apprentissages.

Comment retrouver la joie de vivre ?

As-tu remarqué la joie de vivre qui habite les enfants ? Un rien les amuse, ils rient très souvent, s’ils se font mal, ils pleurent et l’instant d’après, sourient de nouveau.
Les enfants ont la joie de vivre parce qu’ils accueillent la vie comme elle est et avec simplicité. En grandissant, nous perdons cette joie profonde parce que notre ego se construit. Adultes, nous avons des exigences et nous ne sommes plus dans la simplicité et la fluidité de la vie.

Donc, c’est simple, pour retrouver la joie de vivre, il faut accueillir la vie comme elle est et non pas comme on voudrait qu’elle soit. En d’autres termes, c’est accepter la vie comme elle est lorsqu’on ne peut pas changer les choses. Cela s’appelle le lâcher prise (j’en parlerai dans un prochain article car c’est une notion fondamentale pour être heureux).

Ensuite, être soi-même permet d’être joyeux.  C’est-à-dire, vivre selon sa nature, faire ce qui est bon pour soi selon son tempérament et pas ce que tes parents ou X ou Y ont décidé pour toi. Si tu as l’âme créatrice et que tu es comptable, je doute que tu sois joyeux d’aller travailler tous les matins.
Ainsi, plus on est dans un processus d’individuation où l’on est soi-même en dépassant son ego, plus on est relié aux autres et par conséquent plus on est dans la compassion, l’altruisme et le don qui sont les plus grandes sources de joie.

Alors oui, en ces temps difficiles de pandémie de covid-19, ce n’est pas facile d’être joyeux. Certains vivent ou ont vécu des tragédies et des difficultés inattendues. La perte d’un être cher, de son emploi ou de ses repères sont des épreuves qui assombrissent notre quotidien et rendent difficiles (voire impossible) l’accès à la joie. Ce que tu ne peux pas changer (la pandémie), accepte-le et lâche prise. Pour ce que tu peux changer (perte de ton emploi), agis (trouve un nouvel emploi).

S’interroger sur les raisons de notre perte de joie de vivre est indispensable pour aller de l’avant et la retrouver.
Souvent, c’est simplement parce qu’on a « oublié » de s’occuper de soi à cause des nombreuses responsabilités qui nous incombent (travailler, gérer la maison, s’occuper des enfants et/ou de ses parents…).
Cependant, il ne faut pas oublier l’essentiel : soi ! Tes besoins, ton bien-être, ta personnalité, tes désirs forment l’essentiel de ta vie. Et pour être heureux tout en s’occupant bien des autres et en assumant ses responsabilités, il faut commencer par prendre soin de soi et de ses besoins. C’est ainsi que l’on crée l’énergie nécessaire pour avoir la motivation à passer à l’action et l’envie de s’occuper des autres sans que ce soit des corvées/obligations.

En prenant conscience de l’importance de la vie, on peut changer son schéma de pensées et transformer ses habitudes de vie.
On ne peut pas être joyeux (ni heureux) sans vitalité (énergie, dynamisme). Et pourtant, nombre de personnes mettent en péril leur bien-être, leur santé et leur vitalité chaque jour en adoptant des comportements dangereux et des habitudes de vie malsaines et destructrices à long terme (manque de sommeil, malbouffe, sédentarité, toxicomanies…).

La vitalité nécessaire à la joie de vivre se reflète dans une bonne santé physique. Il y a 4 piliers fondamentaux pour l’acquisition et le maintien d’une bonne santé physique : le sommeil, l’alimentation, la respiration et l’exercice physique (ce sera l’objet d’un prochain article, promis). En négligeant l’un de ces éléments, la fatigue, le manque d’entrain et plusieurs malaises vont surgir (lis cet article sur le manque d’énergie).

Petits trucs pour retrouver la joie de vivre instantanément

Il faut réactiver les sensations de joie en ayant une vie équilibrée. C’est l’équilibre entre le bien-être physique et le bien-être psychologique, le spirituel et l’intellectuel.

Écouter de la musique chaque jour va emplir ton coeur de joie. Choisis une musique qui te met de bonne humeur, qui te donne envie de danser, qui te rend joyeux.se quoi !

Tenir un journal d’objectifs hebdomadaire : 3 objectifs d’activités qui vont te donner de la joie. Et surtout, fais tout pour les atteindre.

Pratiquer la gratitude va t’apporter beaucoup de satisfaction et de joie.
Donner au suivant en t’impliquant dans le bénévolat, ta communauté, en aidant tes voisins.

Enfin, méditer, bien s’alimenter et faire du sport sont le b.a.-ba des routines à adopter et à conserver toute sa vie. J’en parle dans plusieurs articles, en particulier ici, et .

En résumé

Non, il n’existe pas d’expérience plus désirable que la joie.
La joie est une expérience physique et mentale intense.
Rien ne nous rend plus vivants que l’expérience de la joie.
La joie est tellement puissante qu’elle fait oublier instantanément tous les tracas, transporte au paradis et rend euphorique (plus efficace que n’importe quelle drogue).
En bref, la joie est indispensable au bonheur.

Si la joie est momentanée, imprévue et incontrôlable, la joie de vivre est constante et aucun contretemps ni déception ne peuvent l’assombrir.

Je te conseille vivement de lire « La  puissance de la joie» (Fayard 2015) du philosophe Frédéric Lenoir. Écoute-le parler de son excellent livre en cliquant ici.

Si tu as des commentaires ou des questions, n’hésite pas à laisser un commentaire ci-dessous. Je me ferais une joie de te lire!

Leave a Reply 0 comments