Le bonheur, une compétence qui s’apprend? - Compétence Bonheur

Le bonheur, une compétence qui s’apprend?

bonheur-competence-a-developper

Le bonheur, une compétence qui s’apprend?

Quand j’étais petite et qu’on me demandait « qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grande ? », la première chose qui me venait à l’esprit était : « être heureuse ». Bien sûr, tu t’imagines bien que je ne répondais pas toujours ça. Quand je le faisais, je m’étonnais des réactions des autres : « Ben voyons, que veux-tu faire dans la vie, quel métier ?» ou « heu?… ok… »

D’aussi loin que je me souvienne, le bonheur et les autres m’ont toujours fascinée. Je passais de longs moments à observer les enfants dans la cour d’école et les adultes interagir entre eux. Je me posais plein de questions. « Pourquoi on est sur Terre, de quoi sera fait l’avenir, c’est quoi le bonheur, pourquoi les gens sont méchants?… »

Où se trouve le bonheur ?

Pendant 30 ans, je me suis demandée comment faire pour être heureuse. Comment faire pour conserver cet état de bien-être merveilleux qui ne faisait qu’aller et venir aléatoirement dans ma vie et pas assez souvent à mon goût. J’ai questionné, cherché des réponses, fais des expériences et mes propres analyses. Pendant 30 ans, j’ai cherché le bonheur. Partout : dans les livres, les relations sociales, les relations amoureuses, les voyages, le sport, les études, le travail, le vin, la possession de biens matériels… Et ça n’a pas marché : je n’étais toujours pas heureuse.

J’ai fait une dépression qui a duré 10 ans. Par moment, je souffrais tellement que je pensais que je ne serai jamais heureuse. Je ne savais pas comment faire. Je n’avais pas les bons gènes et je n’avais pas reçu la bonne éducation. Je n’avais pas fait les bons choix et j’avais fait trop d’erreurs. Je n’avais pas les bonnes circonstances ni le bon entourage. Bref, j’avais tout faux, depuis toujours, j’étais nulle et incapable… et surtout désespérée.

Comment trouver le bonheur?

Sans le savoir, mes deux filles m’ont sauvée. Mon devoir de mère était de leur montrer le bon exemple. Je voulais les aider à cheminer dans la vie du mieux possible et leur montrer comment avoir une vie heureuse. Et je n’y arrivais pas moi-même. Grrr ! Ça m’a fait réagir, je leur devais bien ça ! Donc, je devais persévérer et continuer à chercher et surtout trouver comment être heureuse. Et principalement, arrêter de donner des excuses à mon insatisfaction chronique. Bref, prendre mes responsabilités et ma vie en mains et passer à l’action. Si d’autres étaient heureux, pourquoi pas moi ?

Alors, j’ai examiné tous les problèmes qui me semblaient à l’origine de mon insatisfaction et j’ai décidé de les régler un par un. Je t’avoue que ça m’a pris plusieurs années ! Mes réflexions sur la vie et mes valeurs ont provoqué des changements radicaux sur certains aspects de ma vie et des ajustements pour d’autres.
J’ai pris le temps de penser à mes rêves et objectifs de vie afin de déterminer précisément les actions à mettre en place pour les atteindre. Et j’ai fait beaucoup de lectures : sur le bonheur, le bien-être, la joie de vivre, les objectifs, les expériences de gens ayant des parcours inspirants…. Finalement, je n’avais rien à perdre et peut-être beaucoup à gagner !

Sur le chemin du bonheur

Ainsi, j’ai compris à quel point mon niveau de bonheur était directement relié à la qualité de mon sommeil et de mon alimentation ainsi qu’à mon niveau d’énergie physique et spirituelle. Alors, j’ai modifié mes habitudes de sommeil, j’ai changé mon alimentation et j’ai fait de l’exercice physique régulièrement. J’ai commencé à méditer et à pratiquer la pleine conscience et j’ai lu plus de livres de développement personnel.

Après tout ça, je pensais avoir mis en place toutes les conditions propices au bonheur. Mais je n’étais toujours pas vraiment heureuse. Il restait un fond de déprime en moi, un petit quelque chose qui manque et qui fait que je n’étais pas totalement satisfaite de ma vie. Pourtant, je n’étais pas malheureuse, j’avais tout ce dont j’avais besoin. Cependant, je n’arrivais pas à ressentir le bonheur en dehors d’événements bien précis le provoquant.

En y réfléchissant, j’ai compris que je m’ennuyais ! Et que pour ressentir le bonheur de façon stable et durable, il me manquait une chose indispensable : des projets stimulants!

Les projets, sources de bonheur ?

Ce n’est pas évident d’avoir des projets quand on est déprimée… Alors, j’ai commencé par vouloir retrouver la joie de vivre en faisant des choses que j’aimais et qui m’avaient procurées du plaisir dans le passé.

Pour cela, je me suis fait une liste de petits projets à réaliser à court, moyen et long terme. J’ai commencé par les projets de ma liste « à court terme » pour un bénéfice immédiat. Faire des activités artistiques et de l’exercice physique, lire tous les jours, voir mes amis plus souvent…

Au fur et à mesure que je réalisais certains de ces objectifs, je me sentais de mieux en mieux. J’étais de plus en plus joyeuse et satisfaite. Et de plus en plus souvent heureuse. Ainsi, je pus commencer à me concentrer sur mes projets à moyen et long terme. Planifier des projets à réaliser « plus tard » donne une énergie et une joie de vivre du tonnerre !

Projets = Bonheur

J’étais plus enjouée, positive et créative, ce qui améliorait mes relations sociales, la qualité de mon travail et mon plaisir à la tâche! Du coup, j’avais encore plus d’énergie, ce qui me rendait encore plus efficace et encore plus satisfaite ! Et donc encore plus heureuse ! Le bonheur est exponentiel ! Quel bonheur ! 😀

Waouh ! Pour la première fois depuis… toujours, je réalise que je suis bien, PARFAITEMENT BIEN. TOUT LE TEMPS ! Je ressens le bonheur sans raison précise, sans événement ou intervention extérieure. Le bonheur est là, en moi ! Tout simplement. Je ne l’avais pas trouvé avant parce que je cherchais partout sauf au bon endroit !

J’étais heureuse et du coup dans les meilleures dispositions pour avoir encore plus d’idées de projets stimulants. Et trouver les moyens de les réaliser pour ressentir encore plus de bonheur.

Et l’un d’entre eux est ce blogue ! J’avais trouvé comment mettre en place les conditions propices au bonheur et il me fallait partager ma « recette » du bonheur avec la terre entière !

Pourquoi ça m’a pris tant de temps pour trouver le bonheur ?

Tout être humain a pour objectif primordial d’être heureux. C’est une quête perpétuelle, le but ultime de la vie selon certains. Car une fois qu’on a ressenti le bonheur, on cherche indéniablement à le conserver et à le retrouver encore et encore.

On n’apprend pas à être heureux. Ni nos parents, ni nos professeurs, ni nos éducateurs ni les autres ne nous enseignent ce qu’est le bonheur et comment être heureux. Et pourtant, c’est fondamental, non ?

Alors, on grandit et on chemine en imitant les autres. On accepte une perception du bonheur teintée par sa famille, la culture et la société qui nous entourent et souvent orientée vers la possession de biens matériels et les circonstances extérieures.

Immanquablement, un jour, on se pose des questions voire on réalise qu’on n’est pas heureux. Alors, on remet en question son cheminement, ses choix. On blâme les autres, la vie, le destin. Puis, on a des regrets, on ressent de l’anxiété, on jalouse nos voisins et amis. Ou bien, on se jette à corps perdu dans le travail, on fait comme tout le monde ou on fait une dépression…

Pourquoi on n’est pas heureux?

Tout simplement parce qu’on cherche le bonheur à l’extérieur de soi. Parce qu’on n’a pas pris le temps de définir ce qu’est le bonheur pour soi. Parce qu’on n’a pas pris le temps d’identifier ce qui nous rend profondément heureux/se. Et surtout, parce qu’on n’a pas déterminer le Pourquoi : pourquoi je fais tout ça ? Le bonheur se trouve dans la réponse à cette question fondamentale.

C’est quoi le bonheur ?

Julien Peron a cherché à répondre à cette question en parcourant 25 pays, 800 000 km, et réalisé 1500 entrevues. Résultat : 7 milliards d’individus, 7 milliards de réponses !

Chacun possède sa propre définition du bonheur et de ce qu’est « être heureux ». Certains disent que le bonheur est un sourire, un bon repas entre amis, une chanson, des vacances. Beaucoup croient qu’on peut acheter le bonheur avec une bouteille de vin, une belle maison, une grosse voiture, un voyage au soleil. C’est confondre le bonheur et ses causes.

Selon le dictionnaire Larousse, le bonheur est un état de complète satisfaction  Il ne suffit pas de ressentir un bref contentement pour être heureux. Une joie intense n’est pas le bonheur. Un plaisir éphémère non plus. Le bonheur est un état global, une forme de plénitude caractérisée par sa stabilité et sa durabilité.

Ainsi, le bonheur est le même sentiment pour tous mais les facteurs qui en sont à l’origine sont propres à chacun. Ce qui va permettre d’atteindre cet état de satisfaction dépend d’une multitude de facteurs et des causes de cette satisfaction. Être heureux est donc une expérience individuelle unique.

Nous avons tous des aptitudes naturelles au bonheur. Il n’y a qu’à regarder les bébés : un sourire fait leur bonheur ! Malheureusement, nous perdons cette facilité à ressentir le bonheur en grandissant.

Pourquoi le bonheur est-il une compétence ?

Pour Matthieu Ricard, moine boudhiste, photographe et auteur «  Le bonheur n’est pas quelque chose qui nous arrive, mais une compétence que nous développons. Le bonheur ne dépend pas des situations heureuses mais provient d’une disposition intérieure ». Regarde sa conférence TED sur le bonheur ici, il est fascinant!

Bien des choses peuvent nous rendre joyeux et nous contenter momentanément. Seule notre disposition intérieure peut nous permettre de ressentir le bonheur de façon stable et durable. Et la bonne nouvelle, c’est que nous pouvons tous apprendre à développer cette disposition intérieure, notre « compétence au bonheur » !

Une compétence est la capacité d’un individu à exercer une fonction ou à réaliser une tâche. En ressources humaines, une compétence se décline en savoirs (les connaissances), en savoir-faire (les pratiques), en savoir-être (les comportements) et en aptitudes physiques.

Pour être compétent en bonheur, il est nécessaire de savoir ce qu’est le bonheur et de mettre en pratique ses connaissances pour développer les moyens de ressentir le bonheur. Il s’agit d’adopter les attitudes adéquates et de développer les aptitudes physiques et mentales propices au bonheur.

Pour être heureux tout le temps, il faut créer les conditions propices à l’émergence et à la conservation du bonheur. Il est nécessaire d’être satisfait à tous les niveaux : de sa vie, de sa santé, de ses choix, de ses relations, de son travail…

Voilà pourquoi j’ai crée le blogue Compétence Bonheur !

Ce blogue est un guide pour t’aider à développer ta compétence au bonheur et t’indiquer comment faire pour être heureux tout le temps. Les articles que tu trouveras ici vont t’expliquer comment créer les conditions propices à ton bonheur.

Pour cela, je vais parler du bonheur et des bonnes habitudes qui favorisent l’émergence du bonheur. Il s’agit de méditer, faire de l’exercice physique, bien manger, bien dormir. Je vais également aborder des thèmes de psychologie comme les objectifs, les sentiments, la motivation, le positivisme. Et enfin, je vais te donner plein de trucs pour t’organiser afin de prendre soin de ton bonheur tous les jours.

Pas à pas, je vais t’accompagner pour que tu trouves le bonheur qui est en toi et que tu le développes afin de le ressentir tout le temps.

Je te souhaite un beau voyage vers le bonheur !

Leave a Reply 0 comments